Saltar para: Posts [1], Pesquisa [2]

Nariz de cera

anotações e apontamentos que dizem tudo - de, por e para mim - por si mesmos.

Nariz de cera

anotações e apontamentos que dizem tudo - de, por e para mim - por si mesmos.

dar as ventas


Cecília

14
Set19

porque a energia é finita

a selva irrevogável

a faca, o coração, cegos

(...)

E das fúrias, pela redonda abertura, saímos a revisitar

estrelas e o veneno,

inalando um pó, dar as ventas à Medusa. 

 

 

Paulo da Costa Domingos in ARA

 

Paulo da Costa Domingos – Carmina (1971-1994)
Antígona (1995)

 

 

outras coisas que dão matéria


Cecília

13
Set19

800px-Édouard_Manet_-_La_plage_à_marée_basse_(R

Edouard Manet (1832-1883)
La plage à marée basse

 

 

Estamos nus e gramamos.

(...)

As paisagens continuam a existir.

As paisagens são suaves.

Continuam também a existir

outras coisas que dão matéria para poemas.

A vida continua. 

Felizmente que há ódios, comichões, vaidades.

A estupidez, esta crassa crença intratável, esta confiança indestrutível

   em si mesmo,

é o que felizmente dá uma densidade, uma plenitude a isto.

Num mundo descoroçoante de puras imagens

é bom este banho de resistências, pressões, vontades, atritos,

é bom navegar.

Porque este presente é logo saudoso.

(...)

A vida continua tão improvavelmente.

(...)

Estamos nus e gramamos.

 

 

António Ramos Rosa in TELEGRAMA SEM CLASSIFICAÇÃO ESPECIAL

 

António Ramos Rosa - Obra Poética I 

Assírio & Alvim (2018)

 

a medida


Cecília

08
Set19

(...)

em nome do sofrimento e da felicidade

em nome dos animais e dos utensílios criadores

em nome de todas as vidas sacrificadas

em nome dos sonhos 

em nome das colheitas em nome das raízes 

em nome dos países em nome das crianças 

em nome da paz

que a vida vale a pena que ela é a nossa medida

que a vida é uma vitória que se constrói todos os dias 

(...)

 

António Ramos Rosa in O BOI DA PACIÊNCIA

 

António Ramos Rosa - Obra Poética I 

Assírio & Alvim (2018)

 

 

 

(g)orgulhos


Cecília

06
Set19

Orgulhos

de bordel... ou calvário. 

 

Paulo da Costa Domingos in Cicatriz

 

 

Paulo da Costa Domingos – Carmina (1971-1994)
Antígona (1995)

 

Agora eu vou cantar pros miseráveis
Que vagam pelo mundo derrotados
Pra essas sementes mal plantadas
Que já nascem com cara de abortadas
Pras pessoas de alma bem pequena
Remoendo pequenos problemas
Querendo sempre aquilo que não têm

Pra quem vê a luz
Mas não ilumina suas minicertezas
Vive contando dinheiro
E não muda quando é lua cheia
Pra quem não sabe amar
Fica esperando
Alguém que caiba no seu sonho
Como varizes que vão aumentando
Como insetos em volta da lâmpada

Vamos pedir piedade
Senhor, piedade
Pra essa gente careta e covarde
Vamos pedir piedade
Senhor, piedade
Lhes dê grandeza e um pouco de coragem

Quero cantar só para as pessoas fracas
Que tão no mundo e perderam a viagem
Quero cantar o blues
Com o pastor e o bumbo na praça
Vamos pedir piedade
Pois há um incêndio sob a chuva rala
Somos iguais em desgraça
Vamos cantar o blues da piedade

Vamos pedir piedade
Senhor, piedade
Pra essa gente careta e covarde
Vamos pedir piedade
Senhor, piedade
Lhes dê grandeza e um pouco de coragem

 

faltas


Cecília

01
Set19

É mais nos dedos que me faltas

 

 

Paulo da Costa Domingos in ABSIDE

 

 

Paulo da Costa Domingos – Carmina (1971-1994)
Antígona (1995)

 

 

Toutes les machines ont un cœur, t'entends? 
Toutes les machines ont un cœur, dedans 
Qui bat, qui bat, qui bat 
Comme on se bat maman 
Comme on se bat pourtant
On n'avait pas prévu ça 
D'avoir des doigts Messenger
Des pouces ordinateur 
Sur les machines on passe des heures 
Sur les machines on dessine un cœur 
Qui bat, qui bat, qui bat 
On tape nos vies dedans 
Autant de likes et de leurres, de flammes 
De selfies, de peurs, de smileys en couleur
Toutes les machines ont un cœur, t'entends? 
Toutes les machines ont un cœur, dedans 
Qui bat, qui bat, qui bat 
Comme on se bat maman 
Comme on ne sait pas vraiment
Comment se sortir de là 
Le monde la gueule qu'il a
Qui c'est qui lui a fait ça? 
C'est pas nous, c'est pas moi, t'entends? 
Le bruit des machines permanent
Qui bat, qui bat, qui bat
Battu pour le moment 
Je suis tout juste capable 
De voir le monde en grand 
Tant que le monde est portable
Toutes les machines ont un cœur, t'entends? 
Toutes les machines ont un cœur, dedans 
Qui bat, qui bat, qui bat 
Comme on se bat maman 
Comme on se bat pourtant
Tu dis «à quoi ça sert, t'as rien de mieux à faire? 
Sais-tu le temps que tu perds?» 
Toutes les machines ont un cœur, pourtant 
Un monde meilleur caché dedans 
Qui bat, qui bat, qui bat 
Moi des idées j'en ai mille
Tout au bout de mes doigts 
Des étincelles et des îles 
Des ailes que je déploie 
Maman, maman c'est moi 
C'est moi, c'est moi le moteur, t'entends? 
Dans toutes les machines y a mon cœur dedans
Qui bat, qui bat, qui bat 
Comme je me bats maman 
Si le monde est mon mobile 
Mon cœur pour le moment 
Est comme le monde maman
Et le monde est fragile 
Et le monde est fragile 
Et mon cœur est fragile
Et le monde est fragile
Et le monde est fragile
Toutes les machines ont un cœur, t'entends? 
Toutes les machines ont un cœur, dedans 
Et mon cœur est fragile

roubar, desatar, abrir


Cecília

29
Ago19

ir

aos planos superiores roubar um pouco de

conhecimento

(...)

desatar os laços dos atacadores da identidade 

(...)

ver

abrir as torneiras do gás da desistência

(ou da sabedoria)

quem?

 

 

Paulo da Costa Domingos in cabra-cega

 

 

Paulo da Costa Domingos – Carmina (1971-1994)
Antígona (1995)

 

 

Parle à ta tête

Je veux qu'on m'écoute, oui, je veux qu'on m'comprenne
Je veux aimer, savoir pourquoi j'suis là, dis-moi pourquoi j'suis là
Et je marche seule cachée sous mon ombrelle
S'te plaît, ne te moque pas de moi, j'vais au pôle emploi
Le moral à plat


Et je fais le mariole, parfois, j'fais des marmites
J'en ai marre d'aller très vite, j'peux démarrer de suite
Dites-moi c'que vous en dites
Oh, dites-moi c'que vous en dites

[Refrain]
Parle p-p-p-p-p, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête
Parle à tê-tê-tê-tête, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête


J'suis en mode burn out, est-c'qu'il faut qu'j'te l'répète ?
Ça brûle, ça pique et ça monte à la tête, j'deviens encore plus bête
J'garde le sourire, paraît qu'la vie est belle
S'te plaît, non, non, ne me ment pas, ou,i j'ai dit "ne ment pas"
C'est bien trop pour moi

[Refrain]
Parle p-p-p-p-p, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête (c'est bien trop pour moi)
Parle à tê-tê-tê-tête, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête


Toutes ces belles lumières et ce tumulte autour de moi
M’embrument et m’enivre d'absinthe, d'amour et j'y crois
Je donnerai tout sans rien garder sauf ta réalité
Je mourrai comme j'ai vécu une fois le rideau tombé
L'idéal auquel je rêve, il n'a rien d'anormal
Par delà, le bien, le mal le temps m'emportera
Comme une rose en cristal vacille et perd tous ses pétales
J'veux faire briller ma vie comme l'éclat d'une étoile
Pardonne-moi le jour où je n'pourrai plus te parler
Pardonne-moi chaque moment où je n't'ai pas regardé
Oh, pardonne-moi tout le temps que je ne t'ai pas donné
Et chaque lendemain qui s'ra un jour de moins
Moi, je veux vivre, que mon cœur brûle, j'veux m'sentir exister
Souffrir, pleurer, danser, aimer à en crever
Paris, Athènes, Venise, Harlem, Moscou à tes cotés
Le temps ne vaut qu'du jour où il nous est compté

[Refrain]
Parle p-p-p-p-p, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête
Parle à tê-tê-tê-tête, parle à, parle à ta tête
Parle à, parle à ta tête, parle à, parle à ta tête

https://lyricstranslate.com